Nouvelles clés, nouvelles évidences : Enfonçons les nouvelles portes ouvertes d’Internet !

Le « Cluetrain Manifesto » a été écrit en 1999 par David Weinberg, Doc Searls et quelques autres. Il a fait le tour de monde, traduit dans de nombreuses langues et a fait l’objet d’un livre. A l’époque ce fut un véritable pavé dans la mare qui a remis en question une certaine façon de faire du Marketing et de se servir d’Internet. Les 16 années qui se sont écoulées nous forcent à constater la qualité visionnaire de leurs « évidences », ces portes ouvertes sur l’Internet qu’ils nous proposaient d’enfoncer.

En 2015, les principaux auteurs du Cluetrain remettent à jour leur vision dans un nouveau manifeste en 121 clés qui naviguent entre l’évidence, la remarque inconoclaste, la critique acerbe et la déclaration révolutionnaire. C’est un écrit qui prend beaucoup de hauteur sur les contingences technologiques pour remettre avec beaucoup d’intelligence, d’impertinence et de sensibilité, l’humain au centre de la révolution numérique, entre « les Fous et les Maraudeurs ».

Nous vous proposons ci-dessous une traduction intégrale qui est indéniablement perfectible.

Donc n’hésitez pas à proposer des modifications par le biais des commentaires.

armadillo-doc-dw1

Enfonçons les nouvelles portes ouvertes d’Internet !

New Clues

Doc Searls 2015

http://newclues.cluetrain.com/

http://ideesud.com/new-clues-le-retour-du-cluetrain-manifesto/

Ecoute O Internet !

Notre dernière communication date déjà de 16 ans.[1]

A cette époque, le Peuple d’Internet — vous et moi et tous nos amis d’amis d’amis, jusqu’au « dernier Kevin Bacon »[2] — avons fait d’Internet un endroit merveilleux, plein de délices et de prodiges.

Hear, O Internet. It has been sixteen years since our previous communication.

In that time the People of the Internet — you and me and all our friends of friends of friends, unto the last Kevin Bacon — have made the Internet an awesome place, filled with wonders and portents.

De la part des gens sérieux à ceux qui sont aimables et à d’autres, nous avons fini par avoir les titans, nous avons créé des héros et changé la plupart des hypothèses de base dans le domaine de « Comment ça marche et qui nous sommes »

From the serious to the lolworthy to the wtf, we have up-ended titans, created heroes, and changed the most basic assumptions about How Things Work and Who We Are.

Mais aujourd’hui, tout le bon travail que nous avons fait ensemble doit faire face à un danger mortel.

But now all the good work we’ve done together faces mortal dangers.

La première fois que nous sommes venus vous voir, c’était pour vous alerter sur la menace que présentaient ceux qui ne comprenaient pas qu’ils n’avaient rien compris à Internet.

When we first came before you, it was to warn of the threat posed by those who did not understand that they did not understand the Internet.

Ce sont les Fous, les entreprises qui ont préféré adopter les ornements d’Internet.

These are The Fools, the businesses that have merely adopted the trappings of the Internet.

Aujourd’hui, il y a deux autres bandes qui menacent tout ce que nous avons créé les uns pour les autres.

Now two more hordes threaten all that we have built for one another.

Les Maraudeurs comprennent tous parfaitement l’Internet. Ils le voient comme le leur, un domaine qu’il faut piller en le vidant de ses données et de son argent. Et ils pensent que ce sont nous les fous.

The Marauders understand the Internet all too well. They view it as theirs to plunder, extracting our data and money from it, thinking that we are the fools.

Mais la bande la plus dangereuse est la troisième: Nous.

But most dangerous of all is the third horde: Us.

Une bande est un ensemble indifférencié d’individus. Mais la gloire d’Internet c’est qu’il nous permet de nous connecter comme des individus variés et distincts.

A horde is an undifferentiated mass of people. But the glory of the Internet is that it lets us connect as diverse and distinct individuals.

Nous adorons tous les divertissements de masse. Ça tombe bien car la télé en produit un paquet ces derniers temps. Internet nous permet de les regarder quand bon nous semble. Génial!

We all like mass entertainment. Heck, TV’s gotten pretty great these days, and the Net lets us watch it when we want. Terrific.

Mais il est important de garder en mémoire que diffuser des medias de masse est loin d’être le seul pouvoir d’Internet.

But we need to remember that delivering mass media is the least of the Net’s powers.

Le super pouvoir d’Internet est la connexion sans permission. Son pouvoir suprême est que nous pouvons le faire quand nous voulons.

The Net’s super-power is connection without permission. Its almighty power is that we can make of it whatever we want.

Ce n’est donc pas le moment de courber le dos et de consommer les cochonneries fabriquées par les Fous et les Maraudeurs comme nous si nous avions fini notre travail. C’est le moment de respirer dans le feu du Net et de transformer les entreprises et administrations qui nous prennent pour des imbéciles.

It is therefore not time to lean back and consume the oh-so-tasty junk food created by Fools and Marauders as if our work were done. It is time to breathe in the fire of the Net and transform every institution that would play us for a patsy.

Un dépeçage d’Internet, organe par organe, est déjà bien entamé. Ne vous trompez pas : d’un trait de plume, d’une poignée de main secrète, ou en acceptant des mèmes[3] pour couvrir les cris des affligés, Nous pouvons perdre l’Internet que nous chérissons.

An organ-by-organ body snatch of the Internet is already well underway. Make no mistake: with a stroke of a pen, a covert handshake, or by allowing memes to drown out the cries of the afflicted we can lose the Internet we love.

Nous venons vers vous depuis l’époque du commencement du Web. Nous avons grandi ensemble sur Internet. Le temps passe vite.

We come to you from the years of the Web’s beginning. We have grown old together on the Internet. Time is short.

Nous, Peuple d’Internet, nous avons besoin de nous remémorer la grandeur de sa révélation afin de l’exiger aujourd’hui et maintenant, au nom de ce qu’elle est véritablement.

We, the People of the Internet, need to remember the glory of its revelation so that we reclaim it now in the name of what it truly is.


_______________________________________________________

Plan du Manifeste :

 

I – Lorsque nous étions gamins dans le Jardin…

A- Nous sommes l’Internet, tous connectés

B- Internet n’est rien et n’a pas d’objet

C- Internet n’est pas un contenu

D- Le Net n’est pas un média

E- Le Web est un Monde Large (Chaud)

 

II – Mais parbleu! Comment nous nous sommes égarés mes frères et sœurs…

A- Comment avons-nous pu laisser la conversation s’envenimer ainsi ?

B- Nous sommes d’accord sur tout – Je vous trouve fascinant !

C- Le marketing fait en sorte qu’il est encore plus difficile de se parler

D- Le Guantanamo du Net

E- La e-Gravitation est géniale jusqu’à ce qu’elle nous aspire dans un trou noir

F- La protection de la vie privée est dans l’âge de l’espionnage

G- La vie privée à l’âge des fouines

 

III – Construire et planter

A- Kumbaya sonne merveilleusement bien dans une chambre à écho

B- Les poches pleines d’homélies

C- Être ensemble : la cause et la solution de tous les problèmes


 _____________________________________________________________

Nouvelles clés, nouvelles évidences : Enfonçons les nouvelles portes ouvertes d’Internet !

New Clues

Doc Searls

David Weinberger

January 8, 2015

I – Lorsque nous étions gamins dans le Jardin…

Once were we young in the Garden…

A- Nous sommes l’Internet, tous connectés

  1. The Internet is us, connected.

1

Internet n’est pas fait de fil de cuivre, de fibre de verre, d’ondes radio, ni même de tubes.

The Internet is not made of copper wire, glass fiber, radio waves, or even tubes.

2

Les appareils et outils qu’on utilise pour se connecter à Internet ne sont pas Internet.

The devices we use to connect to the Internet are not the Internet.

3

Verizon, Comcast, AT&T, Deutsche Telekom et 中国电信 ne possèdent pas Internet. Facebook, Google et Amazon ne sont pas les monarques du Net, pas plus que ne le sont leurs laquais et leurs algorithmes. Ni les gouvernements de la Terre, ni leurs organisations pour le commerce n’ont le consentement des réseaux pour enfourcher le Net comme s’ils en étaient les seigneurs.

Verizon, Comcast, AT&T, Deutsche Telekom, and 中国电信 do not own the Internet. Facebook, Google, and Amazon are not the Net’s monarchs, nor yet are their minions or algorithms. Not the governments of the Earth nor their Trade Associations have the consent of the networked to bestride the Net as sovereigns.

4

Nous utilisons Internet comme un bien commun.

We hold the Internet in common and as unowned.

5

Internet dérive l’intégralité de sa valeur de nous-mêmes et tout de ce que nous avons construit sur lui.

From us and from what we have built on it does the Internet derive all its value.

6

Le Net est fait de nous, par nous et pour nous.

The Net is of us, by us, and for us.

7

Internet est à nous.

The Internet is ours


 

B- Internet n’est rien et n’a pas d’objet

  1. The Internet is nothing and has no purpose.

8

Internet n’est pas une chose que la gravitation est une chose. Les deux nous attirent les uns vers les autres.

The Internet is not a thing any more than gravity is a thing. Both pull us together.

9

Internet n’est à vrai dire pas une chose. A son fondement, Internet est un ensemble d’accords que les plus geeks d’entre nous (que leurs noms soient sanctifiés) appellent « protocoles », mais que nous devrions, dans l’ambiance actuelle, dénommer « commandements ».

The Internet is no-thing at all. At its base the Internet is a set of agreements, which the geeky among us (long may their names be hallowed) call « protocols, » but which we might, in the temper of the day, call « commandments. »

10

Le premier d’entre eux est : « Que ton réseau déplace tous les paquets de données plus près de leur destination sans privilège ni retard dont la cause serait l’origine, la source, le contenu ou l’intention ».

The first among these is: Thy network shall move all packets closer to their destinations without favor or delay based on origin, source, content, or intent.

11

Ainsi, ce premier commandement laisse Internet ouvert à toute nouvelle idée, application, commerce, requête, vice et bien d’autres choses.

Thus does this First Commandment lay open the Internet to every idea, application, business, quest, vice, and whatever.

12

Depuis le langage, il n’y a jamais eu d’outil ayant une portée aussi générale.

There has not been a tool with such a general purpose since language.

13

Cela veut dire qu’Internet n’est pas fait pour quelque chose en particulier. Ni pour le réseautage social, ni pour les documents, ni pour la publicité, ni pour le business, ni pour l’éducation ; ni pour le porno, pour rien de tout cela. Il est spécifiquement conçu pour tout faire.

This means the Internet is not for anything in particular. Not for social networking, not for documents, not for advertising, not for business, not for education, not for porn, not for anything. It is specifically designed for everything.

14

Optimiser internet sur un usage revient à le dés-optimiser sur tous les autres.

Optimizing the Internet for one purpose de-optimizes it for all others.

15

Internet, tout comme la gravitation, n’est pas discriminant dans son attraction. Il nous attire tous ensemble, les bons et les méchants, les vertueux et les vicieux, sans faire de différence.

The Internet like gravity is indiscriminate in its attraction. It pulls us all together, the virtuous and the wicked alike.


 

C- Internet n’est pas un contenu

The Net is not content

16

Il y a un contenu formidable sur Internet. Mais, pour l’amour du ciel, Internet n’est pas fait de contenus.

There is great content on the Internet. But holy mother of cheeses, the Internet is not made out of content.

17

Le premier poème d’un adolescent, la libération heureuse d’un secret très longtemps protégé, un beau croquis dessiné par une main paralysée, un billet de blog dans un régime qui hait le son de voix de son peuple – aucune de ces personnes de s’est mise à écrire du contenu.

A teenager’s first poem, the blissful release of a long-kept secret, a fine sketch drawn by a palsied hand, a blog post in a regime that hates the sound of its people’s voices — none of these people sat down to write content.

18

Aurions-nous écrit le mot “contenu” sans apostrophes ? Nous nous sentons tellement malpropres.

Did we use the word « content » without quotes? We feel so dirty.

D- Le Net n’est pas un média

The Net is not a medium.

19

Le Net n’est pas plus un média que la conversation en est un.

The Net is not a medium any more than a conversation is a medium.

20

Sur le Net, nous sommes le média. C’est nous qui déplaçons les messages. Nous le faisons à chaque partage, chaque retweet, chaque envoi d’email ou post sur un réseau social.

On the Net, we are the medium. We are the ones who move messages. We do so every time we post or retweet, send a link in an email, or post it on a social network.

21

A la différence d’un media, vous et moi laissons nos empreintes digitales et parfois quelques traces d’octets sur les messages que nous transmettons. Nous expliquons pourquoi nous les envoyons, donnons des arguments, ajoutons un peu d’humour. Nous escamotons les parties qui nous déplaisent. Nous fabriquons nous-mêmes ces messages.

Unlike a medium, you and I leave our fingerprints, and sometimes bite marks, on the messages we pass. We tell people why we’re sending it. We argue with it. We add a joke. We chop off the part we don’t like. We make these messages our own

22

A chaque fois que nous déplaçons un message sur le Net, un petit morceau de nous-mêmes est transmis avec lui.

Every time we move a message through the Net, it carries a little bit of ourselves with it.

23

On ne passe un message via ce “media” que s’il nous semble important, comme nous le ferions par l’une des mille façons que les humains ont de prendre soin de quelque chose.

We only move a message through this « medium » if it matters to us in one of the infinite ways that humans care about something.

24

Prendre soin – donner de l’importance – est la force motrice d’Internet.

Caring — mattering — is the motive force of the Internet.

E- Le Web est un Monde Large (Chaud)

The Web is a Wide (Warm) World.

25

EN 1991, Tim Berners Lee a utilisé le Net pour nous faire un cadeau dont nous pouvons tous bénéficier gracieusement : le World Wide Web. Merci.

In 1991, Tim Berners-Lee used the Net to create a gift he gave freely to us all: the World Wide Web. Thank you.

26

Tim a créé le web en fournissant des protocoles (tiens, encore ce mot!) qui expliquent comment écrire une page qui peut en appeler une autre sans avoir besoin de la permission de quiconque.

Tim created the Web by providing protocols (there’s that word again!) that say how to write a page that can link to any other page without needing anyone’s permission.

27

Boum! En dix ans on a des milliards de pages sur le web – un effort conjugué de l’ordre d’une guerre mondiale et déjà si banal que la plus grosse réclamation est un tag clignant de l’œil.

Boom. Within ten years we had billions of pages on the Web — a combined effort on the order of a World War, and yet so benign that the biggest complaint was the tag.

28

Le Web est un royaume incroyablement grand, semi-persistant, constitué d’éléments détectables dans leurs interconnexions denses.

The Web is an impossibly large, semi-persistent realm of items discoverable in their dense inter-connections.

29

Cela ressemble à quelque chose de familier. Ben oui. C’est ce que le monde est.

That sounds familiar. Oh, yeah, that’s what the world is.

30

A la différence du monde réel, chaque chose et chaque connexion sur le Web a été créé par certains d’entre nous, exprimant un intérêt et une hypothèse sur la façon d’assembler tout ces petits morceaux.

Unlike the real world, every thing and every connection on the Web was created by some one of us expressing an interest and an assumption about how those small pieces go together.

31

Chaque lien publié par une personne qui a quelque chose à dire est un acte de générosité et d’altruisme, incitant nos lecteurs à quitter notre page et aller voir à quoi ressemble le monde pour quelqu’un d’autre.

Every link by a person with something to say is an act of generosity and selflessness, bidding our readers leave our page to see how the world looks to someone else.

32

Le Web refait le monde dans notre inconscient collectif, dans cette image commune qui émerge.

The Web remakes the world in our collective, emergent image.


 

II – Mais parbleu! Comment nous nous sommes égarés mes frères et sœurs…

But oh how we have strayed, sisters and brothers…

 

A- Comment avons-nous pu laisser la conversation s’envenimer ainsi ?

How did we let conversation get weaponized, anyway?

33

Il est important de noter et apprécier les discussions, l’amitié, les milliers d’actes de sympathie, la gentillesse et la joie que l’on rencontre sur Internet.

It’s important to notice and cherish the talk, the friendship, the thousand acts of sympathy, kindness, and joy we encounter on the Internet.

34

Pourtant nous entendons les mots “pédé” et “négro” beaucoup plus souvent sur le Net qu’ailleurs.

And yet we hear the words « fag » and « nigger » far more on the Net than off.

35

Leur diabolisation – des gens qui ont des regards, des langues, des opinions, des adhésions et appartenances à des groupes que nous ne comprenons, n’aimons ou ne tolérons pas – est pire que jamais sur Internet.

Demonization of ‘them’ — people with looks, languages, opinions, memberships and other groupings we don’t understand, like, or tolerate — is worse than ever on the Internet.

36

Les femmes n’ont pas le droit de conduire en Arabie Saoudite ? Dans le même temps, la moitié d’entre nous n’a pas le droit de parler sur le Net sans que l’on regarde par-dessus leurs épaules.

Women in Saudi Arabia can’t drive? Meanwhile, half of us can’t speak on the Net without looking over our shoulders.

37

La haine est présente sur le Net parce qu’elle est présente dans le monde, mais le Net rend plus facile de l’exprimer et de l’entendre.

Hatred is present on the Net because it’s present in the world, but the Net makes it easier to express and to hear

38

La solution: Si on en avait une, on ne serait pas obligé de vous importuner avec toutes ces fichues évidences.

The solution: If we had a solution, we wouldn’t be bothering you with all these damn clues.

39

Nous pouvons dire ceci: La haine n’a pas engendré le Net, mais elle le rabaisse et nous avec.

We can say this much: Hatred didn’t call the Net into being, but it’s holding the Net — and us — back.

40

Reconnaissons au moins que le Net porte des valeurs implicites. Des valeurs humaines.

Let’s at least acknowledge that the Net has values implicit in it. Human values.

41

Vu froidement, le Net n’est qu’une technologie. Mais il est peuplé de créatures qui sont chaleureuses envers ce qui leur est cher : leurs vies, leurs ami(e)s, le monde qu’elles partagent, que nous partageons.

Viewed coldly the Net is just technology. But it’s populated by creatures who are warm with what they care about: their lives, their friends, the world we share.

42

Le Net nous offre un endroit commun où nous pouvons être nous-mêmes, en compagnie de personnes différentes et qui apprécient la diversité.

The Net offers us a common place where we can be who we are, with others who delight in our differences

43

Personne n’est propriétaire de cet endroit. Tout le monde peut l’utiliser. Chacun peut l’améliorer.

No one owns that place. Everybody can use it. Anyone can improve it.

44

Voilà ce qu’est l’Internet ouvert. Des guerres ont été menées pour moins.

That’s what an open Internet is. Wars have been fought for less.

B- Nous sommes d’accord sur tout. Je vous trouve fascinant!

We agree about everything. I find you fascinating!

45

Le monde est étalé devant nous comme un buffet, et pourtant nous nous en tenons à du steak et des pommes de terre, de l’agneau et du houmous, du poisson et du riz, ou autre chose.

The world is spread out before us like a buffet, and yet we stick with our steak and potatoes, lamb and hummus, fish and rice, or whatever.

46

Nous faisons cela en partie parce que la conversation nécessite un terrain commun: une langue commune, des intérêts partagés, des normes, des ententes. Sans ceux-ci, il est difficile, voire impossible d’avoir une conversation.

We do this in part because conversation requires a common ground: shared language, interests, norms, understandings. Without those, it’s hard or even impossible to have a conversation.

47

Des bases communes engendrent des tribus. La géographie de la Terre tient les tribus à distance, leur permettant de développer des différences riches. Réjouissez-vous! Les tribus font émerger le Nous contre le Eux et la guerre. Pas certain qu’il faille se réjouir.

Shared grounds spawn tribes. The Earth’s solid ground kept tribes at a distance, enabling them to develop rich differences. Rejoice! Tribes give rise to Us vs. Them and war. Rejoice? Not so much.

48

Sur Internet, la distance entre les tribus commence à zéro.

On the Internet, the distance between tribes starts at zero.

49

Apparemment, savoir comment éprouver de l’intérêt envers autrui n’est pas si facile que cela en a l’air.

Apparently knowing how to find one another interesting is not as easy as it looks.

50

C’est un objectif que nous pouvons atteindre en étant ouverts, sympathiques et patients. On peut le faire tous ensemble ! Un pour tous, tous pour un !

That’s a challenge we can meet by being open, sympathetic, and patient. We can do it, team! We’re #1! We’re #1!

51

Etre accueillant: c’est une valeur que le Net doit acquérir en s’inspirant du meilleur de nos cultures à travers le monde.

Being welcoming: There’s a value the Net needs to learn from the best of our real world cultures.

C- Le marketing fait en sorte qu’il est encore plus difficile de se parler

Marketing still makes it harder to talk.

52

Nous avions raison la première fois. Les marchés sont des conversations.

We were right the first time: Markets are conversations.

53

Avoir une conversation ce n’est pas nous tirer par la manche en essayant de nous fourguer un produit dont nous ne voulons pas.

A conversation isn’t your business tugging at our sleeve to shill a product we don’t want to hear about.

54

Si nous voulons savoir la vérité sur vos produits, nous la trouverons grâce aux autres.

if we want to know the truth about your products, we’ll find out from one another.

55

Nous comprenons bien que ces conversations ont une grande valeur à vos yeux. Dommage! Ce sont les nôtres.

We understand that these conversations are incredibly valuable to you. Too bad. They’re ours.

56

Nous vous enjoignons de participer à notre conversation, mais seulement si vous nous dites pour qui vous travaillez et si vous pouvez parler en votre propre nom, et à titre personnel.

You’re welcome to join our conversation, but only if you tell us who you work for, and if you can speak for yourself and as yourself.

57

Chaque fois que vous nous appelez “consommateurs”, nous avons l’impression d’être des bœufs qui entendent le mot “steak”.

Every time you call us « consumers » we feel like cows looking up the word « meat. »

58

Cessez de nous traquer dans notre vie privée pour nous piquer nos données personnelles qui ne vous regardent pas et que vos ordinateurs ne savent pas interpréter.

Quit fracking our lives to extract data that’s none of your business and that your machines misinterpret.

59

Ne vous inquiétez pas : on vous dira quand on voudra être sur le marché. A notre façon à nous. Pas la vôtre. Faites-nous confiance: ce sera bien mieux pour vous.

Don’t worry: we’ll tell you when we’re in the market for something. In our own way. Not yours. Trust us: this will be good for you.

60

La publicité qui semble humaine mais qui vient des entrailles irritables de votre service marketing, tâche le tissu dont est fait le web.

Ads that sound human but come from your marketing department’s irritable bowels, stain the fabric of the Web.

61

Quand cela vous fait peur de personnaliser quelque chose, c’est le signe que vous ne comprenez pas ce que c’est que d’être une personne.

When personalizing something is creepy, it’s a pretty good indication that you don’t understand what it means to be a person.

62

La personne est humaine. La personnalisation ne l’est pas.

Personal is human. Personalized isn’t.

63

Plus les machines se rapprochent de l’homme, plus elles s’enfoncent dans la vallée étrange où tout est désolation.

The more machines sound human, the more they slide down into the uncanny valley where everything is a creep show.

64

Merci aussi de ne plus essayer de déguiser vos publicités en informations dans l’espoir que nous loupions le petit avertissement qui est accroché à leurs sous-vêtements.

Also: Please stop dressing up ads as news in the hope we’ll miss the little disclaimer hanging off their underwear.

65

Lorsque vous insérez une “publicité native”, ce n’est pas seulement votre crédibilité que vous entamez, mais la confiance en ce nouveau mode de cohabitation avec autrui.

When you place a « native ad, » you’re eroding not just your own trustworthiness, but the trustworthiness of this entire new way of being with one another.

66

A propos, que direz-vous d’appeler les «publicités natives» par l’un de leurs véritables noms : « placement de produit », « publireportage » ou putain de sacrée fichue information.

And, by the way, how about calling « native ads » by any of their real names: « product placement, » « advertorial, » or « fake fuckinggosh darn news »?

67

Les publicitaires vont et viennent depuis des générations sans alarmer le public. Ils peuvent aussi aller et venir sur le Net sans faire peur.

Advertisers got along without being creepy for generations. They can get along without being creepy on the Net, too.

D- Le Guantanamo du Net

The Gitmo of the Net.

68

Nous aimons tous nos merveilleuses web apps, même si elles sont fermées de façon aussi hermétique qu’une station spatiale. Mais si vous rassemblez toutes les web apps fermées du monde, vous avez une pile de web apps.

We all love our shiny apps, even when they’re sealed as tight as a Moon base. But put all the closed apps in the world together and you have a pile of apps.

69

Rassemblez toutes les pages web et vous avez un monde nouveau.

Put all the Web pages together and you have a new world.

70

Les pages web connectent. Les apps ont rapport avec le contrôle.

Web pages are about connecting. Apps are about control.

71

Quand on passe du Web à un monde fait d’apps, on perd les biens communs que nous construisions ensemble.

As we move from the Web to an app-based world, we lose the commons we were building together.

72

Dans le Royaume des Apps, nous sommes des utilisateurs et non des créateurs.

In the Kingdom of Apps, we are users, not makers.

73

Chaque nouvelle page élargit le Web. Chaque nouveau lien enrichit le Web.

Every new page makes the Web bigger. Every new link makes the Web richer.

74

Chaque nouvelle app nous donne quelque chose à faire dans le bus.

Every new app gives us something else to do on the bus.

75

Aïe! Un coup bas!

Ouch, a cheap shot!

76

A ce propos, une app “Bonne-Affaire” serait une nouvelle application formidable! On pourrait profiter des « achats inclus », promesse alléchante qui est inscrite sur l’emballage!

Hey, « CheapShot » would make a great new app! It’s got « in-app purchase » written all over it.

E- La e-Gravitation est géniale jusqu’à ce qu’elle nous aspire dans un trou noir

Gravity’s great until it sucks us all into a black hole

77

Les applications non neutres qui sont bâties au sommet de l’internet neutre deviennent aussi incontournables que l’attraction d’un trou noir.

Non-neutral applications built on top of the neutral Net are becoming as inescapable as the pull of a black hole.

78

Si Facebook est votre principale expérience sur Internet, alors vous regardez le monde avec les lunettes d’une société qui a promis à ses actionnaires de vous empêcher de retirer ces lunettes.

If Facebook is your experience of the Net, then you’ve strapped on goggles from a company with a fiduciary responsibility to keep you from ever taking the goggles off.

79

Google, Amazon, Facebook, Apple sont dans le commerce des lunettes. La plus grande vérité que cachent ces lunettes : ces sociétés veulent que nous retenions la façon dont les trous noirs détiennent la lumière.

Google, Amazon, Facebook, Apple are all in the goggles business. The biggest truth their goggles obscure: These companies want to hold us the way black holes hold light.

80

Ces singularités d’entreprise sont dangereuses non pas parce qu’elles sont mauvaises. Nombreuses sont celles qui en réalité suscitent un comportement assez civique. Elles devraient être applaudies pour cela.

These corporate singularities are dangerous not because they are evil. Many of them in fact engage in quite remarkably civic behavior. They should be applauded for that.

81

Mais elles bénéficient de la force de gravitation du social. L’effet réseau réside dans le fait que beaucoup de personnes utilisent quelque chose parce qu’il y en a beaucoup d’autres qui l’utilisent.

But they benefit from the gravity of sociality: The « network effect » is that thing where lots of people use something because lots of people use it.

82

Comme il n’y a pas d’alternative qui puisse rivaliser, nous devons être hyper vigilants sur le rappel aux Titans de la Vallée, des valeurs internet qui les ont inspirés au départ.

Where there aren’t competitive alternatives, we need to be hyper vigilant to remind these Titans of the Valley of the webby values that first inspired them.

83

Et puis nous devons être fier du bruit que nous émettons lorsque l’un de nous se dégage vaillamment de leur étreinte. C’est quelque chose qui est entre le son d’une fusée quittant sa rampe de lancement et le bruit du Velcro quand on ouvre un vêtement trop serré.

And then we need to honor the sound we make when any of us bravely pulls away from them. It’s something between the noise of a rocket leaving the launchpad and the rip of Velcro as you undo a too-tight garment.

F- La protection de la vie privée est dans l’âge de l’espionnage

Privacy in an age of spies

84

Ok messieurs du Gouvernement. Vous avez gagné. Vous avez récupéré nos données. Maintenant, comment pouvons nous être certains que vous allez les utiliser contre Eux et pas contre Nous ? En fait, êtes-vous seulement capable de faire la différence ?

Ok, government, you win. You’ve got our data. Now, what can we do to make sure you use it against Them and not against Us? In fact, can you tell the difference?

85

Si nous voulons que notre gouvernement fasse marche arrière, il ne faut pas se plaindre qu’il ne nous surveille pas plus quand les prochaines attaques surviendront.

If we want our government to back off, the deal has to be that if — when — the next attack comes, we can’t complain that they should have surveilled us harder.

86

Un échange n’est pas un échange équitable si nous ne savons pas ce qu’ils nous cèdent. Par exemple, un compromis entre la sécurité et la protection de la vie privée.

A trade isn’t fair trade if we don’t know what we’re giving up. Do you hear that, Security for Privacy trade-off

87

Avec une probabilité approchant la certitude absolue, nous allons être désolés de ne pouvoir faire mieux que d’essayer de conserver nos données personnelles hors de portée de nos gouvernements et des entreprises suzeraines.

With a probability approaching absolute certainty, we are going to be sorry we didn’t do more to keep data out of the hands of our governments and corporate overlords.

G- La vie privée à l’âge des fouines

Privacy in an age of weasels

88

La vie privée est bonne pour ceux qui la veulent la protéger. Et nous traçons tous une ligne de démarcation quelque part.

Personal privacy is fine for those who want it. And we all draw the line somewhere.

89

Question : Combien de temps cela a-t-il pris pour la culture pré-Web d’imaginer où tracer ces lignes ?

Réponse : Quel âge a cette culture ?

Q: How long do you think it took for pre-Web culture to figure out where to draw the lines?

A: How old is culture?

90

Le web est à peine sorti de son adolescence. Nous sommes au commencement, pas à la fin, de l’histoire de la vie privée.

The Web is barely out of its teens. We are at the beginning, not the end, of the privacy story.

91

On peut seulement commencer à imaginer ce que cela peut signifier que d’avoir une vie privée une fois qu’on imagine ce que veut dire d’avoir une vie sociale. Et on a presque commencé à réinventer tout cela.

We can only figure out what it means to be private once we figure out what it means to be social. And we’ve barely begun to re-invent that.

92

Les injonctions économiques et politiques de baisser nos pantalons et relever nos jupes sont si fortes que nous devrions investir dans des sous-vêtements en papier d’aluminium.

The economic and political incentives to de-pants and up-skirt us are so strong that we’d be wise to invest in tinfoil underwear.

93

Les pirates informatiques nous ont mis dans cette situation et les pirates informatiques vont nous en sortir.

Hackers got us into this and hackers will have to get us out.

III – Construire et planter

To build and to plant

 

A- Kumbaya[4] sonne merveilleusement bien dans une chambre à écho

Kumbiyah sounds surprisingly good in an echo chamber

94

Internet est étonnant. Le Web est génial. Vous êtes beaux. Connectons-nous tous ensemble et nous serons encore plus follement merveilleux que Jennifer Lawrence. Ce sont des faits.

The Internet is astounding. The Web is awesome. You are beautiful. Connect us all and we are more crazily amazing than Jennifer Lawrence. These are simple facts.

95

Donc ne minimisons pas ce que le Net a fait au cours des 20 dernières années.

So let’s not minimize what the Net has done in the past twenty years:

96

Il y a tellement plus de musique dans le monde.

There’s so much more music in the world.

97

Maintenant, nous nous cultivons essentiellement par nous-mêmes, avec des incursions occasionnelles dans une salle de cinéma pour quelque chose de détonnant et un sachet de popcorns à 9 dollars.

We now make most of our culture for ourselves, with occasional forays to a movie theater for something blowy-uppy and a $9 nickel-bag of popcorn.

98

Les hommes politiques doivent désormais expliciter leurs positions de façon plus complète que le A4 dénommé “profession de foi” qu’ils ont coutume de photocopier.

Politicians now have to explain their positions far beyond the one-page « position papers » they used to mimeograph.

99

S’il y a quelque chose que vous ne comprenez pas, vous pouvez lui trouver une explication. Et aussi une discussion qui traite de ce sujet. Et aussi un argument pour ou contre. Ne trouvez-vous pas cela génial ?

Anything you don’t understand you can find an explanation for. And a discussion about. And an argument over. Is it not clear how awesome that is?

100

Vous voulez savoir quoi acheter ? L’entreprise qui en fait un objet de désir est aujourd’hui la pire source d’information. La meilleure source, c’est nous tous.

You want to know what to buy? The business that makes an object of desire is now the worst source of information about it. The best source is all of us.

101

Vous voulez suivre un cours de niveau universitaire sur un sujet qui vous intéresse ? Chercher le sujet dans Google. Faites votre choix. C’est gratuit.

You want to listen in on a college-level course about something you’re interested in? Google your topic. Take your pick. For free.

102

Certes Internet n’a pas résolu tous les problèmes du monde. C’est pourquoi le Tout-Puissant nous a donné des bras : pour que nous nous retroussions les manches !

Yeah, the Internet hasn’t solved all the world’s problems. That’s why the Almighty hath given us asses: that we might get off of them.

103

Les éternels insatisfaits d’Internet nous aident à rester honnêtes. C’est juste qu’on les préfère quand ils ne sont pas ingrats.

Internet naysayers keep us honest. We just like ’em better when they aren’t ingrates.

B- Les poches pleines d’homélies

A pocket full of homilies

104

Nous allons vous expliquer comment réparer Internet en 4 étapes simples, mais la seule que vous pourriez garder en mémoire, c’est la dernière : le profit. Donc, au lieu de cela, voici quelques pensées en vrac…

We were going to tell you how to fix the Internet in four easy steps, but the only one we could remember is the last one: profit. So instead, here are some random thoughts…

105

Nous devrions soutenir les artistes et les créateurs qui nous apportent du plaisir ou qui soulagent notre fardeau.

We should be supporting the artists and creators who bring us delight or ease our burdens.

106

Nous devrions avoir le courage de demander l’aide dont nous avons besoin.

We should have the courage to ask for the help we need.

107

Nous avons une culture qui ne fait pas assez de place au partage et des lois déficientes sur le copyright. Le copyright est généralement justifié, mais en cas de doute il faut l’assouplir.

We have a culture that defaults to sharing and laws that default to copyright. Copyright has its place, but when in doubt, open it up.

108

Dans le mauvais contexte, n’importe qui est un abruti (nous ne faisons pas exception, mais vous le savez déjà). Si vous proposez à quelqu’un une baignade, postez les règles. Et tous les trolls, virez les de la piscine.

In the wrong context, everyone’s an a-hole. (Us, too. But you already knew that.) So if you’re inviting people over for a swim, post the rules. All trolls, out of the pool!

109

Si les conversations sur votre site s’enveniment, c’est de votre faute.

If the conversations at your site are going badly, it’s your fault.

110

Où qu’advienne la conversation, personne ne vous doit une réponse. Même si votre argument est sensé ou que votre sourire est accrocheur.

Wherever the conversation is happening, no one owes you a response, no matter how reasonable your argument or how winning your smile.

111

Soutenez les entreprises qui méritent véritablement le Web. Vous les reconnaitrez pas seulement parce qu’elles nous ressemblent, mais parce qu’elles roulent pour nous.

Support the businesses that truly « get » the Web. You’ll recognize them not just because they sound like us, but because they’re on our side.

112

Bien sûr, les apps proposent une expérience sympathique. Mais le Web est fait de liens qui s’étendent constamment, nous connectant sans fin. Pour nos vies et nos idées, la fin est la mort. Choisissez la vie !

Sure, apps offer a nice experience. But the Web is about links that constantly reach out, connecting us without end. For lives and ideas, completion is death. Choose life.

113

La colère est un permis d’être idiot. Les rue d’Internet sont déjà encombrées de conducteurs ayant le permis.

Anger is a license to be stupid. The Internet’s streets are already crowded with licensed drivers.

114

Vivez les valeurs que vous voulez qu’Internet promeuve.

Live the values you want the Internet to promote.

115

Si vous parlez depuis un moment, taisez-vous. (On va bientôt le faire).

If you’ve been talking for a while, shut up. (We will very soon.)

C- Être ensemble : la cause et la solution de tous les problèmes

Being together: the cause of and solution to every problem

116

Nous nous sommes particulièrement intéressés au rôle du Peuple d’Internet (vous et nous), dans un Net en disgrâce, parce que nous avons toujours la foi avec laquelle nous sommes arrivés.

If we have focused on the role of the People of the Net — you and us — in the Internet’s fall from grace, that’s because we still have the faith we came in with.

117

Nous, le Peuple d’Internet, ne pouvons pas comprendre tout ce que nous pouvons faire ensemble car nous sommes loin d’avoir fini d’inventer comment être ensemble.

We, the People of the Net, cannot fathom how much we can do together because we are far from finished inventing how to be together.

118

Internet a libéré une force ancienne, la force gravitationnelle de l’union.

The Internet has liberated an ancient force — the gravity drawing us together.

119

La force gravitationnelle de la connexion est l’amour.

The gravity of connection is love

120

Vive l’Internet ouvert et libre.

Long live the open Internet.

121

Gardons longtemps notre Internet pour aimer.

Long may we have our Internet to love.

This is an Open Source document. These New Clues are designed to be shared and re-used without our permission. Use them however you want. Make them your own. We only request that you please point back at this original page (http://cluetrain.com/newclues ) because that’s just polite. If you are a developer, the text of this page is openly available at GitHub for programmatic re-use. Details here. To make it as easy as possible to share, use, and re-use the clues, we have put all the text on this page into the public domain via a Creative Commons 0 license. It is essentially copyright free. The photograph at the top of the armadillo and the bike was posted at Flickr by e. res under a Creative Commons BY 2.0 license that lets anyone use it so long as they attribute it to her/him and share it with others. (We edited it to make it work better with this page. Nice snap, though, e. res!). About Fifteen years ago, four of us got together and posted The Cluetrain Manifesto which tried to explain what most businesses and much of the media were getting wrong about the Web. These New Clues come from two of the authors of that manifesto, and of the book that followed. There’s more information here about this project, and about its authors, David Weinberger david@weinberger.org and Doc Searls doc@searls.com. Join us at cluetrain@twitter.com . Or Facebook. Sigh. To the extent possible under law, David Weinberger and Doc Searls has waived all copyright and related or neighboring rights to New Clues. This work is published from: United States.

[1] http://en.wikipedia.org/wiki/The_Cluetrain_Manifesto

[2] http://fr.wikipedia.org/wiki/Six_Degrees_of_Kevin_Bacon

[3] http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A8me_Internet

[4] http://en.wikipedia.org/wiki/Kumbaya

Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Jacques Attali et sa vision du VRM

« Internet va-t-il tuer le capitalisme ? »

Jacques Attali – Novembre 2014 – Intervention au G9+

http://www.docaufutur.fr/2014/12/03/institut-g9-internet-va-t-il-tuer-le-capitalisme/

Ci-dessous un extrait retranscrit de cette intervention.

Capture d’écran 2015-05-24 à 14.28.40

« Nous produisons des données que nous donnons gratuitement. Et nous recevons une aumône en échange de nous-mêmes. Un accès à Google ou autre Facebook.

On nous donne accès à des données sur nous-mêmes qui vont nous permettre de mieux contrôler notre santé, notre éducation… C’est la jouissance de l’esclavage de La Boétie.

Nous donnons-nos données à des gens qui vont nous les revendre sous forme de prime d’assurance avec l’aide des agrégateurs de données. Déjà dans les sociétés anciennes c’était le rôle des dictatures.

L’Internet des objets permet aux agrégateurs de récupérer nos données pour nous les revendre. On rentre dans une logique d’hyper surveillance et d’auto-surveillance jusqu’à ce qu’on ait le courage d’y échapper. C’est la grande bataille de demain.

Nous entrons dans un système relativement totalitaire contre lequel nous ne pourrons pas résister sans mettre en place des règles de droit et notamment une norme de droit européenne nous permettant de nous réapproprier nos données.

Si on est pas capable de réinstaurer dans la démocratie une valeur de long terme, une valeur éthique, une conception de la société, une vision qui protège les hommes dans leur capacité de définir leur destin, si on se laisse emporter par l’Internet des objets et autres technologies qui nous dicteront notre vie contre des primes d’assurance, on foncera dans des dictatures qu’elles soient écologiques, fondamentalistes ou religieuses, ou pire encore quand elle seront l’alliance des deux. »

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Agenda et Intervenants au Meetup Projet VRM France du 16 décembre 2014

Agenda et intervenants du Meetup Projet VRM France du 16 décembre 2014

(tags twitter: #vrm #vrmfrance)

VRM et Données Personnelles

Tuesday, Dec 16, 2014, 7:00 PM

Tektos
26 rue ordener, M° Marcadet – Poissonniers Paris, FR

56 VRMers Attending

En savoir plus sur Projet VRM France :  https://dpernez.wordpress.com/2014/12/07/projet-vrm-france-reprenons-le-pouvoir-sur-nos-donnees-sur-internet-et-les-reseaux-sociaux/Prochain Meetup le 16 décembre de 19 à 21h.Réservez cette soirée dans votre agenda !Vous trouverez plus d’informations et l’agenda provisoire dans le menu « discussions » de ce …

Check out this Meetup →

meetup dec2014

Agenda :

  1. Les principes du VRM (D. Pernez)
  2. A qui appartiennent les données personnelles ? (JP. Gasnier)
  3. Privowny : suivre à la trace ses données personnelles (H. le Jouan)
  4. Loyol : retour d’expérience (JF. Andro)
  5. Le VRM, une nouvelle manière d’appréhender les droits « informatique & libertés » (G. Delcroix)
  6. Le projet Mesinfos de la Fing (G. Jacquart)
  7. Onecub : le VRM à l’épreuve de la réalité (C. Condamin)

Intervenants :

1- Damien Pernez (@dpernez)

Consultant Capgemini TS

dpernez chez me point com – mobile : 06-99-27-31-16

http://www.capgemini.com/about-capgemini

2- Jean-Pierre Gasnier

Directeur de la Chaire Innovation Brevets – Université d’Aix-Marseille

Fondateur du cabinet d’avocats Akheos

jp.gasnier chez akheos point fr

http://www.akheos.fr

3- Hervé Le Jouan (@hervelj-@privowny)

PDG – Privowny

herve chez privowny point com

https://privowny.com

4- Jean-François Andro (@loyolnet)

PDG – Loyol

jf.andro chez loyol point fr – mobile : 06-18-56-39-38

https://loyol.net

5- Geoffrey Delcroix (@geoffdelc)

Chargé du projet Innovation et prospective – CNIL

gdelcroix chez cnil point fr

http://www.cnil.fr

6- Guillaume Jacquart (@jacquarg)

Coordinateur technique du projet MesInfos, HoodBrains pour la Fing

gjacquart chez fing point org

http://fing.org

http://fing.org/?-MesInfos-les-donnees-personnelles-

7- Caroline Condamin (@carocondamin)

Co-fondatrice et Directrice de la Technologie

caroline chez onecub point fr

http://www.onecub.com

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Projet VRM France – Reprenons le pouvoir sur nos données sur internet et les réseaux sociaux !

Projet VRM France – Reprenons le pouvoir sur nos données sur internet et les réseaux sociaux !

Le VRM, Vendor Relationship Management, a été initié aux USA par Doc Searls, enseignant chercheur à Harvard. En France, ce domaine est promu notamment par la Fing, dirigée par Daniel Kaplan, qui est porteuse du projet d’expérimentation Mesinfos.fing.org.

Stream of digital data with a human eye

Stream of digital data with a human eye

Qu’est-ce que le VRM ?

Si vous connaissez le CRM et le Big Data, le VRM est au CRM ce que le Small Data est au Big Data.

Le CRM ou Customer Relationship Management donne des outils aux entreprises pour mieux gérer les relations avec ses clients. Les outils de Big Data en font partie.

Le VRM ou Vendor Relationship Management donne des outils aux clients pour mieux gérer leurs données personnelles et les relations avec les entreprises commerciales.Les outils de Small Data et les clouds personnels en font partie.

Pour résumer, pour les personnes, le VRM c’est 3 choses :     

1- Reprendre en mains ses données personnelles et son identité numérique 

2- Prendre le contrôle des sollications diverses en décidant qui peut nous solliciter, quand il peut le faire et pour lequel de nos besoins

3- Gagner de l’argent avec les données personnelles que nous aurons décidé de partager

Pour en savoir plus sur le VRM, inscrivez-vous à notre meetup « Projet VRM France »

Voir aussi les articles suivants :

http://www.data-business.fr/le-vrm-consommateur-reprend-le-controle-sur-ses-donnees/

https://dpernez.wordpress.com/2014/06/19/quest-ce-que-le-vrm/

Le groupe Meetup « Projet VRM France » vise à présenter l’écosystème, introduire les concepts du VRM et présenter les premiers projets et produits lors de rencontres à Paris et en France.

http://www.meetup.com/Projet-VRM-France-Reprenons-le-pouvoir-sur-nos-donnees/

Le second objectif est de regrouper les acteurs et observateurs de ce secteur. Un groupe Linkedin est dédié aux des discussions autour de sujets et d’articles liés au VRM.
https://touch.www.linkedin.com/?sessionid=1669262630453248&trk=eml-anet_dig-b_nd-pst_ttle-cn&rs=false&dl=no#group/7430618

_____________________*__________________*______________________

Project VRM France – Let’ take control of our personal data on the Internet and social networks!

The VRM Vendor Relationship Management, was initiated in the USA by Doc Searls, a Harvard professor and researcher. In France, this area is promoted in particular by the Fing, led by Daniel Kaplan, who carries the Mesinfos.fing.org experimental project.

What is VRM?

If you know CRM and Big Data, the VRM is linked to CRM the same way Small Data is linked to Big Data.

CRM, or Customer Relationship Management, equips companies to better manage customer relationships. Big Data tools are included.

VRM, or Vendor Relationship Management provides tools for customers to better manage their personal data and relationships with commercial companies. Small data tools and personal clouds are in it.

To summarize, for people, VRM is 3 things:

1- Resume in hand personal data and digital identity

2- Take control of various sollicitations in deciding who may request us, when he can do it and for which of our needs

3- Make money with personal data we have decided to share

For more information on the VRM, subscribe to our meetup « Projet VRM France »

The Meetup Group « Projet VRM France » aims to present the ecosystem, introducing the concepts of the VRM and present the first projects and products during meetings in Paris and France.

http://www.meetup.com/Projet-VRM-France-Reprenons-le-pouvoir-sur-nos-donnees/

The second objective is to bring together actors and observers of this sector.

A Linkedin group is dedicated to discussions around topics and articles related to the VRM.

https://touch.www.linkedin.com/?sessionid=1669262630453248&trk=eml-anet_dig-b_nd-pst_ttle-cn&rs=false&dl=no#group/7430618

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Qu’est-ce que le VRM ?

Le VRM est une nouvelle façon de concevoir la relation entre les clients et les vendeurs ou sociétés commerciales.

Mais au-delà de la relation commerciale, c’est aussi une façon de donner la parole aux patients dans la relation avec les soignants et les établissements de soins, aux administrés dans la relation avec leurs administrations, aux citoyens dans la relation avec leurs élus, etc.

Plus généralement, c’est une façon de respecter les personnes en leur donnant plus de poids dans la relation, en écoutant mieux leurs véritables besoins, leurs intentions, et surtout en protégeant leurs données personnelles et leur vie privée.

Le VRM est émancipateur et responsabilisant pour chaque individu.

vrmtag

Pour les sociétés commerciales et ceux qu’on a appelé « vendeurs » dans une définition un peu réductrice, il est une nouvelle façon d’être en relation avec ses clients,  ses patients, ses administrés ou encore ses citoyens.

Comme le dit si bien Doc Searls dans le Cluetrain Manefesto : « un bon consommateur est un consommateur libre ».

Le VRM est très innovant et il peut aussi bien fasciner que déranger.  La conséquence est que chaque personne, qu’elle soit experte ou débutante, a une vison très personnelle du VRM et souvent très éloignée de celle des autres.

Pour certains le VRM est un CRM inversé. Le nom VRM a été inventé par Doc Searls, qui est à l’origine plutôt un spécialiste du CRM, pour s’adresser à ses collègues spécialistes du CRM et du marketing. C’était dans la lignée du Cluetrain Manifesto. Mais sa vision est bien plus large que cela. D’ailleurs, il voudrait bien remplacer le nom VRM par quelque de chose de plus large comme « 1st Person Technologies ». On peut suivre ses travaux et réflexions sur la liste de diffusion référencée en fin d’article.

Pour d’autres le VRM est princpalement du Personal Cloud. C’est l’avis de Phil Windley qui a créé « Respect Network », une plateforme sur la base d’un cloud personnel sécurisé. Une startup française, Cozycloud, vient de lever 1 million de dollars.

Pour d’autres encore, le VRM consiste à ce que les personnes s’affranchissent des conditions d’utilisation imposées par les géants du Web, les GAFA (Google, Apple Facebook et Amazon) qui font leur fortune en commercialisant nos données personnelles. Leurs outils sont gratuits mais vous payez de votre personne. « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit » !

Stream of digital data with a human eye

Stream of digital data with a human eye

Il y a énormément de visions différentes. Le VRM est à la confluence de toutes ces visions.

Pour schématiser, on peut considérer que le VRM propose des outils aux individus pour gérer leurs données personnelles et exprimer leurs besoins et intentions au reste du monde et pas seulement aux vendeurs. Le VRM prend donc le contrepied du CRM et du Big Data tout en étant complémentaire à ces derniers et innovant pour les clients et les vendeurs au sens large et  surtout en respectant la vie privée et les données personnelles.

Le VRM recouvre un domaine assez large qui pourrait être décrit par quelque chose comme « Gestion Personnelle des Informations et des Relations » (Personal Information & Relationship Management)

Le VRM doit être :

  1. Centré sur la personne (person centric)
  2. Géré par la personne elle-même (person managed)
  3. Respectueux de la vie privée (privacy respectful)
  4. Sécuritaire et sécurisé sur les données (data secured)
  5. Relationnellement connecté (relationship connected)
  6. Intégré socialement (Social integrated)

Ces quelques principes résultent d’une synthèse de ma compréhension actuelle de ce concept mais vous trouverez des principes détaillés sur le site référencé plus bas.

Pour conclure, le VRM est porteur de 5 idées forces : humanité, convivialité, confidentialité, responsabilité et liberté.

Humanité

Le VRM s’intéresse à l’homme en tant que personne ayant une identité, des besoins et une vie privée. Nous ne sommes pas seulement des consommateurs ni même des clients mais des personnes qui exigent d’être respectées en tant que telles.
La société de consommation et l’économie néo libérale s’auto-alimentent au mépris des besoins profonds de la personne et mettent en danger la société et la planète. Le VRM est une voie qui peut contribuer à ouvrir de nouvelles perspectives.

Convivialité
Le VRM rend à la fonction sociale l’importance qu’elle avait perdu face à la fonction économique. Les marchés sont des conversations, comme le proclamait le Cluetrain Manifesto en 1999. Au delà de la relation sociale c’est de convivialité et d’interactivité sociale dont nous et notre économie avons besoin.

Confidentialité
Nos données personnelles ne sont pas utilisables, diffusables et revendables de façon illimitée. Le VRM propose aux personnes non seulement de protéger la confidentialité de leurs données personnelles mais aussi de leur permettre de gérer leur réputation sur Internet est très prochainement de rentabiliser leurs propres données  en contrepartie de sollicitations ciblées sur leurs besoins véritables.

Responsabilité et Liberté
La relation de pouvoir entre les consommateurs et les vendeurs, les citoyens et les administrations, les employés et les dirigeants, les audiences et les médias, doit être rééquilibrée au profit des personnes.
Un consommateur libre et un citoyen responsable sont le gage d’une société meilleure que ce soit sur les plans sociaux, économiques ou politiques. Le VRM dans sa définition élargie permet de changer cet équilibre.

Le VRM doit donc nous permettre de protéger nos données personnelles et à terme de les commercialiser mais pas seulement. Il propose une relation commerciale plus équilibrée et plus riche.  Mais c’est aussi une nouvelle façon de concevoir sa vie sur internet et finalement aussi sa vraie vie, dans des échanges relationnels plus respectueux et authentiques.

http://cyber.law.harvard.edu/projectvrm/Main_Page#About_VRM

http://blogs.law.harvard.edu/vrm/about/

Publié dans CRM, Data, Non classé, Privacy, VRM | Tagué | 1 commentaire

Que sont nos données devenues ?

Avant l’arrivée des ordinateurs en 1946, les seules données personnelles que nous consignions quelque part étaient notre état civil et notre filiation qui étaient conservés à l’église puis plus récemment à la mairie du village. Il y avait bien les registres de la congrégation militaire, les archives des tribunaux et de quelques entreprises, hôpitaux ou écoles, mais pas grand chose d’autre.

Avec Internet en 1983 et le Web en 1990, c’est une multitude de données personnelles qui sont conservées par les entreprises et les administrations. Ces données concernent notre identité, notre biométrie, notre famille, notre travail, notre habitat, notre vie sociale et associative, nos biens, nos habitudes, nos goûts, nos centres d’intérêts, nos usages, nos achats, nos projets, nos envies, nos déplacements, notre navigation, notre santé, etc.

Ces données peuvent être utilisées pour la recherche scientifique mais la plupart du temps ces données sont capturées à notre insu et utilisées à des fins que nous réprouvons : sollicitations non désirées, harcèlement commercial, spamming, surveillance, etc. L’affaire  Prism a dévoilé l’efficacité avec laquelle la NSA pouvait exploiter ces données à des fins d’espionnage. Ces données que l’on agrège dans des bases gigantesques appelées Big Data qui font l’objet de toutes les  convoitises notamment pour le marketing et le e-commerce.

Certaines données personnelles sont dites « sensibles » et doivent être scrupuleusement protégées. Il s’agit des informations concernant l’origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses, l’appartenance syndicale, la santé ou la vie sexuelle.

Les données personnelles ont une valeur croissante avec l’évolution de la capacité prédictive des logiciels qui les exploitent. Elles sont vendues et revendues, fusionnées, segmentées, recoupées. Ce nouvel or noir fait la fortune des grands acteurs de l’Internet tels que Google, Apple, Facebook, Amazon, Ebay, etc.

Le CRM, ou « Gestion de la Relation Client », règne en maître sur le Big Data.

La confidentialité n’est pas respectée et cela menace les libertés individuelles. La réputation des personnes est diluée sur internet sans aucune maîtrise. La relation avec les sociétés commerciales et les administrations est déséquilibrée au détriment du consommateur et du citoyen. C’est l’objet du VRM, ou « Gestion de la Relation par le Consommateur et le Citoyen », que de réintroduire un équilibre dans cette relation. Il est temps de reprendre le pouvoir sur nos données.

idp11

Quelques liens :

Lien | Publié le par | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires